Thumbnail
Annemarie Straumann
Ancienne responsable de la communication, EspaceSuisse
Le mieux, c'est encore d'essayer!

Le développement vers l’intérieur est un sujet pour le moins délicat. Est-il possible de l’aborder en à peine quatre minutes, avec finesse, mais sans paroles, sans risquer de trop simplifier? Un groupe de projet a tenté l’expérience. Il en résulte le film d’animation «Planos a la playa», financé par l’Association pour l’aménagement du territoire EspaceSuisse dans le cadre du programme «Impulsion Développer vers l’intérieur». La cheffe de projet nous raconte comment est née l’idée du film et quels objectifs il poursuit. Nous analyserons et interpréterons ensuite ensemble quelques personnages clés.

Mais tout d'abord, place au film:

«Planos a la playa»

Scène tirée du film d'animation «Planos a la playa»
Caption
Scène tirée du film d'animation «Planos a la playa» de Raphaël Haab.

Interview avec la cheffe de projet Yvonne Urwyler

Architecte et urbaniste auprès de BHP Raumplan AG à Berne, Yvonne Urwyler était responsable du projet de film d’animation.

Chère Yvonne, comment est née l’idée de produire un court-métrage?

Nous souhaitions lancer un projet qui puisse soutenir les communes dans la mise en œuvre du développement de l’urbanisation vers l’intérieur. Pour certaines d’entre elles, développer vers l’intérieur semble, dans un premier temps, plus complexe que de créer de nouvelles zones à bâtir. Il est dès lors nécessaire de mener un travail de persuasion afin de faire pencher la balance. En tant qu’urbanistes, habitués à accompagner les communes dans ce genre de processus, nous savons à quel point il est essentiel que la commune joue un rôle actif, mais les mesures incitatives sont tout aussi importantes. C’est pour cette raison que nous avons recherché un support de communication et sommes arrivés à l’idée d’un court-métrage, le film étant un moyen de communication moderne. Nous voulions permettre une entrée en matière ludique et divertissante.

Quels objectifs le projet poursuit-il?

L’idée initiale était de produire une sorte de film d’inspiration sur le thème du développement vers l'intérieur afin de donner l’impulsion aux conseillers communaux pour passer à l’action, par exemple pour encourager à rechercher le dialogue avec les propriétaires fonciers et à réaménager et à développer des régions et des localités en collaboration avec d’autres acteurs.

Les conseillères et conseillers communaux sont donc votre public cible?

Pas seulement. Le film s’adresse à tous les acteurs clés susceptibles de s’engager en faveur du développement vers l’intérieur et de mettre le processus en marche. Il s’agit bien sûr des autorités communales, mais il peut aussi bien concerner des propriétaires fonciers, des architectes ou des responsables de développement de zones.

Pour le lancement de processus de planification, par exemple avant la révision d’un plan d’aménagement local, on pourrait imaginer que l’urbaniste présente le film aux membres des autorités, des commissions et du groupe de projet en charge. Le film peut également être un support pour un cercle plus large, lorsque la population commence à prendre part aux processus. Il a aussi certainement sa place dans le cadre d’une formation ou d’un perfectionnement car il permet d’introduire les notions essentielles du développement vers l’intérieur ou de discuter de certaines scènes.

Le film aborde plusieurs aspects du développement à l’intérieur du milieu bâti. Quel est le plus important?

Selon moi, c’est le changement de perspective. Le dialogue avec d’autres acteurs ou le fait de voir une situation à travers leur regard permet de mieux comprendre les intérêts et les préoccupations des uns et des autres. Dans le film, les joueurs de ballon grimpent sur le poste d’observation pour évaluer, assis à côté de la surveillante de baignade, la situation dans une perspective globale. Équipée de ses jumelles, la surveillante acquiert une vue d’ensemble sur les divers intérêts en jeu.

Quel est le message principal du film?

Le film montre que le dialogue est essentiel. Le développement vers l’intérieur doit faire l’objet de négociations. Suite au changement de perspective, des acteurs motivés approchent d’autres parties intéressées pour entamer le dialogue. Puis les idées sont propagées. Une femme, par exemple, saute de joie après une discussion, ou un homme se montre conciliant en acceptant l’ouverture partielle de son terrain clos.

Avez-vous un personnage favori ?

La femme qui dessine une vision sur le sable. Elle représente à mes yeux le travail des architectes. Et bien entendu le vendeur de glaces ;-)

Caption
Le vendeur de glaces sur la plage de Planos a la Playa
Caption
La planificatrice qui dessine une vision sur le sable

Le genre du court-métrage impose la simplification. Avez-vous toutefois l’impression d’être parvenus à thématiser une question complexe comme le développement vers l’intérieur?

Il me semble, oui. Le film est dense. Ses nombreuses métaphores s’éclairent seulement au deuxième ou au troisième visionnement. Un travail d’interprétation s’avère nécessaire, comme dans le développement vers l’intérieur. Le but premier du projet n’était toutefois pas de proposer un film didactique, mais de permettre une entrée en matière motivante et ludique dans le sujet.

La métaphore de la plage fonctionne-t-elle?

La métaphore de la plage de l’artiste Raphaël Haab est formidable. Elle permet d’illustrer divers intérêts en conflit inhérents aux processus de densification, par exemple protection de la nature et activités de loisirs, privatisation et espaces publics. Dans le cadre de l’aménagement du territoire, nous sommes appelés à les sous-peser et à trouver des solutions, autrement dit à créer de l’espace pour la nature et pour l’homme, en tenant compte des divers besoins de la population (sportifs, familles, etc.). Le film montre que pour y parvenir il est nécessaire d’avoir une image globale et de dialoguer avec les gens.

Personnages clés dans le film, interprétés sous l’angle de l’aménagement du territoire

Raumplanung von oben - Strandsicht
Caption
Pour aménager le territoire, il est nécessaire d’avoir une vue d’ensemble. La plage de Planos a la playa.

Comment interpréter les différents personnages et scènes du film d’animation sous l’angle de l’aménagement du territoire en lien avec le développement vers l’intérieur ? À quoi font allusion les métaphores, à quels moments des solutions sont esquissées ? Une proposition d’interprétation.

L'homme derrière la clôture (scènes 0:23 et 0:55)

Caption
L’homme derrière la clôture dans le film « Planos a la playa » du réalisateur Raphaël Haab.

Un cas de thésaurisation des terrains à bâtir ? Ou est-ce un propriétaire foncier qui a privatisé un joli terrain qu’il clôture pour en profiter en toute tranquillité et jouir de la vue ? Une chose est sûre : il occupe beaucoup d’espace. En réalité, il pourrait aussi s’agir du site d’une entreprise, très central, qui, d’un point de vue architectural et urbain, devrait idéalement être réservé, du moins en partie, à un usage public, par exemple pour servir de place publique et de centre animé.

À la fin du film, la clôture a disparu ou est plutôt utilisée à d’autres fins, pour délimiter la réserve naturelle. Le privé possédant une grande surface semble avoir consenti à permettre d’autres utilisations.

Evacuation des tortues (scène 01:00)

Caption
Un homme libère de la place en éloignant les tortues de la plage. Un conflit d’intérêts au cœur des zones habitées : la faune et la flore ont besoin d’espaces naturels, les hommes de lieux de détente.

La solution à ce conflit est montrée à la fin (scène: 03:12).

Le vendeur de glaces (scène 01:07-01:14)

Le stand de glaces attire les foules; une file d’attente se dessine à travers la confusion de linges. Thèmes majeurs de l’aménagement du territoire, approvisionnement et desserte nécessitent d’être coordonnés et planifiés. Les projets de développement vers l’intérieur doivent toujours prendre en compte le trafic lent (vélos, piétons) car il améliore la qualité de l’habitat.

Les joueurs de ballons sur la plage (scène 01:04, entre autres.)

L’aménagement du territoire doit aussi créer des espaces pour satisfaire aux besoins en matière de loisirs. La législation sur la construction prescrit des terrains de jeux dans chaque zone d’habitation. Ces lieux de détente et de loisirs dans des zones densément peuplées sont cependant souvent à l’origine de conflits d’usage, à cause des nuisances sonores et des émissions lumineuses. Densifier tout en réservant des surfaces libres de constructions généreuses offrant de bonnes conditions de jeu constitue un défi majeur des projets de développement vers l’intérieur. Il convient de les planifier aux bons endroits. Au début du film, le ballon semble stresser un peu les autres occupants; à la fin les joueurs ont leur espace et ne dérangent plus personne.

Ballspieler und Zuschauer in Planos a la playa.
Joueurs de ballon et spectateurs à Planos a la playa.

La famille sur le linge de plage (scènes 01:21 et 03:02)

Familie auf dem Badetuch
Caption
Utilisation de l’espace et densité d’occupation : c’est de cela dont parlent les scènes avec la famille sur le linge de plage.

Les scènes avec la famille sur le linge de plage montrent que les besoins en espace sont plus grands pour les familles que pour les couples. Dans une scène, un jeune couple s’embrasse, puis s’en va. Plus tard, c’est un couple avec un jeune enfant qui revient sur le linge et le couple plus âgé cède le grand linge. L’analogie avec l’aménagement du territoire paraît évidente : densifier n’implique pas uniquement une densité de construction, mais requiert en premier lieu une densité d’utilisation et/ou d’occupation élevée par mètre carré. Ainsi, la maison individuelle des grands-parents est remise à une famille nombreuse.

La surveillante de baignade juchée sur son poste d’observation

Bademeisterin mit Überblick - wie eine Gemeindepräsidentin
Une surveillante de baignade ayant une vue d’ensemble à l’instar d’une bonne présidente de commune.

Des jumelles permettent à cette femme de se faire une idée de la situation générale et des divers intérêts en jeu. Elle descend du poste d’observation, instaure le dialogue et développe une stratégie en collaboration avec les personnes concernées. Elle assume également une responsabilité en donnant l’alerte en cas de danger naturel. Pour le groupe de projet, elle symbolise l’exécutif d’une commune, ici la présidente de commune. Ce personnage clé recherche activement des solutions, implique les gens dans l’analyse et la recherche de solutions et promeut le développement et la mise en œuvre. Elle joue un rôle de moteur en motivant et en permettant la participation.

La surveillante de baignade tend un ruban de clôture (scène 1:40 – 1:55)

Caption
Après l’éboulement, la surveillante de baignade tend un ruban interdisant l’accès à la zone de danger (scène 1:40 – 1:55).

Un éboulement montre que certaines personnes se tiennent dans une zone de danger. Deux solutions s’offrent à la commune, soit minimiser les risques grâce à un ensemble de mesures de protection, soit délimiter la zone, que les habitants doivent quitter. Par le passé, de nombreuses agglomérations en Suisse se sont étendues dans des périmètres à risque. Il est nécessaire de procéder à un nouveau zonage, par exemple la définition d’un territoire non constructible. Dans de rares cas, des démolitions sont nécessaires. Le développement vers l’intérieur ne peut avoir lieu que dans les secteurs qui ne sont pas exposés à des dangers (naturels) trop importants.

La femme qui dessine sur le sable (scène 02:38)

Caption
La planificatrice qui dessine une vision sur le sable

Pour développer vers l’intérieur, il est nécessaire d’avoir une vision. L’objectif de développement est d’abord fixé dans un document, puis concrétisé dans des plans. La femme qui dessine pourrait-elle être une aménagiste communale?

Personnages au poste d’observation (scènes 02:00-02:18 et 03.18 – 3:23)

Beteiligung an der Planung, Akteure auf einem Hochsitz
Caption
Divers groupes de la population sont impliqués dans la planification.

Implication, participation et poursuite du dialogue même après la mise en œuvre du projet de développement, c’est ce que symbolisent, du point de vue du groupe de projet, les scènes avec les divers personnages au poste d’observation. Dans les processus de développement, on rencontre des formes de participation institutionnalisées et d’autres informelles. Parmi les premières figure la commission de planification, qui représente la population, ou l’assemblée communale, qui vote sur le projet. En parallèle, il existe de nombreuses manières d’impliquer la population de façon informelle, par exemple grâce à l’organisation de workshops, d’un atelier orienté vers l’avenir ou d’une exposition pour présenter les idées.

Scène finale: nouvelle organisation de la plage (scène 03:25 – 04:04)

Die neue, verdichtete Strandordnung aus der Vogelperspektive.
La réorganisation, plus compacte, de la plage vue d’en haut.
Gemeindepräsidentin mit Fernglas Filmszene
Au moyen de ses jumelles, la surveillante de «Planos a la playa» garde une vue d'ensemble sur les différents groupes d'intérêts et les éventuels conflits d'utilisation.

La scène finale, animée, présente comment la plage, vue du ciel, a été réorganisée. Le «trajet» pour aller jusqu’au marchand de glaces ne passe plus au milieu des linges de plage. Il n’y a plus un, mais deux vendeurs désormais placés à deux endroits facilement accessibles. Le rivage (pour les responsables de l’aménagement, la «ligne de rivage») est modifié et prolongé, afin de créer davantage d’espace attrayant au bord de l’eau. La densité d’occupation est augmentée à des emplacements centraux; en contrepartie, il y a des espaces libres à l’intérieur et à l’extérieur de la zone habitée : les joueurs de ballon ont de la place pour leur activité et les tortues disposent d’une réserve où elles ne dérangent plus personne. La zone de danger le long du rocher est interdite d’accès. Mis à part la zone naturelle et celle à risques, il n’y a plus d’espaces importants inaccessibles à des emplacements centraux. Le poste d’observation – les autorités communales – se situe toujours au centre des activités de sorte à ce que les personnes chargées de la planification, qui doivent faire preuve de prévoyance, puissent garder une vue d’ensemble.

Le développement intérieur optimise l’utilisation sur un espace réduit

À la fin du film, l’utilisation est optimisée sur un espace réduit grâce au développement intérieur, comme l’annonce le sous-titre de « Planos a la playa ». La réorganisation a permis de redistribuer les espaces aux endroits qui s’y prêtent et qui dérangent le moins, en fonction de leur usage principal et dans le respect des besoins de l’homme et des animaux. Un idéal vers lequel il faut tendre!

Le court-métrage « Planos a la playa » en bref

Le film d’animation de quatre minutes «Planos a la playa» utilise la métaphore de la plage sur laquelle s’entassent peu à peu des gens avides de soleil pour aborder le thème du développement vers l’intérieur. L’idée de la métaphore émane du réalisateur Raphaël Haab qui a su convaincre le groupe de projet, composé de BHP Raumplan AG, FSU Mittelland et EspaceSuisse, qui a accompagné la production du film pendant environ six mois.

La plage est présentée dans le style des illustrations qui fourmillent de détails. Les personnages cherchent chacun la « meilleure » place au soleil à proximité de l’eau, ce qui ne manque pas de générer des conflits. Les joueurs de ballon ont besoin d’espace pour exercer leur loisir. Un privé clôture son terrain pour avoir de la tranquillité et protéger sa vie privée. Les tortues «sauvages» se trouvent sur le passage des occupants de la plage, alors que d’autres personnes posent leur linge sous un rocher, dans une zone de danger. Une surveillante de baignade observe tout cela, puis cherche, en collaboration avec d’autres occupants de la plage, des solutions permettant d’optimiser l’utilisation du territoire. Elle s’occupe de gérer les conflits en aménageant des espaces aux emplacements appropriés afin de répondre aux divers besoins.

Le film s’adresse aux autorités de planification (conseillers communaux, commissions de planification), mais aussi à la population au sens large, aux élèves du degré gymnasial et à tous ceux qui souhaitent avoir une introduction au thème du développement vers l’intérieur.

2 Comments

Texte brut

  • Aucune balise HTML autorisée.
  • Les lignes et les paragraphes vont à la ligne automatiquement.
  • Les adresses de pages web et les adresses courriel se transforment en liens automatiquement.
Daniel Laubscher 7 mois 2 semaines

Herzliche Gratulation den Machern von Planos a la playa!

Auf eine lustvolle und motivierende Art zeigt der Film auf, dass Innenentwicklung eben auch Planung braucht. Darum heisst es ja *Planos a la playa" und nicht "Planlos am Strand"!
Es braucht Menschen, die als Kümmerer Verantwortung übernehmen und zusammen mit der (Strand)-Gesellschaft Lösungen suchen und umsetzen. Angesprochen sind alle. Wie können wir aber die betroffenen (Strand)-Nutzer zur Entwicklung einer geordneten und gleichzeitig an Qualität gewinnenden Strandanlage motivieren? Am Strand ist dies nur durch Kommunikation und Partizipation möglich. Es braucht aber die Bademeisterin, die mit dem Fernglas die Weit- und Übersicht hat und in der Lage ist eine Gesamtsicht nicht nur zu präsentieren, sondern eben mit Hilfe aller Beteiligten die neue Strandanordnung nach Innen auch umzusetzten.

Dazu braucht es Kommunikation und Überzeugungskraft. Der Film ist ein erster Schritt dazu. Wir sind alle aufgerufen unseren Beitrag zur Kommunikation der Innenentwicklung zu leisten. Planos a la playa!

administrator_… 7 mois 2 semaines

En réponse à par Daniel Laubscher

Danke für das Kompliment! Das freut unsere Projektgruppe - und vor allem auch den Animationsfilmer Rapael Haab, der die Strand-Idee erdacht und mit Liebe zum Detail umgesetzt hat. “Planos“ statt planlos - da bin ich ganz Ihrer Meinung. Aber die Pläne sollen auch verständlich sein. Und verständlich kommunizieren ist Arbeit.