Opfikon ZH: La «Wunderkammer» fait revivre la ville

À l'extrémité sud de la prairie autrefois «la plus chère d'Europe», à la périphérie de Zurich et d'Opfikon, un monde alternatif temporaire a été créé sur un terrain vague. La sociologue Vesna Tomse a rendu cela possible. La «Wunderkammer» offre aux habitants du nouveau quartier de nombreuses possibilités de participation et d'épanouissement personnel.

Données clés de l'affectation transitoire «Wunderkammer» Glattpark

  • Adresse: Schürhölzlistrasse, 8152 Glattpark-Opfikon (coin Thurgauerstrasse/ Glattparkstrasse).
  • Propriétaire: Ville de Zürich.
  • Responsabilité/administration: Association Wunderkammer.
  • Situation: frange urbaine entre Zürich/Opfikon, à 1.3km de la gare d'Oerlikon, carte
  • Surface du site: env. 6‘400 m2.
  • Surface utile: idem, plus 8 Container, plus env. 420 m2 dans le pavillon.
  • Structure: principalement des espaces extérieurs ainsi que des bâtiments temporaires.
  • Ancienne affectation: agriculture, installations de chantier.
  • Affectation transitoire: événements culturels intérieurs et extérieurs, forêt enchantée, site expérimental, bar.
  • Durée: 2016 – 2019 (prolongation éventuelle).
  • Transformation: Vente de terrain, construction.
  • Particularité: Visions urbaines à la périphérie de la ville.
  • Début de l'affectation transitoire: initiative privée sur invitation de la propriétaire.

Situation initiale : nouveau développement avec peu de vie

Depuis 1957, la zone Oberhauserriet, située dans la banlieue de Zurich, sur des terrains appartenant à la commune d'Opfikon - autrefois décrite par les médias comme «la prairie la plus chère d'Europe» (cf. NZZ, 2002) - fait l'objet d'une planification. En 2002, la construction était alors en cours sur le site de 67,4 hectares. Le potentiel de ce quartier mixte est de 7 000 habitants et de 7 000 emplois.

Luftbild des Glattparks in Opfikon
Le quartier du Glattpark à Opfikon 2017 : on peut voir la «Wunderkammer» en bas à gauche vers les arbres.
Photo: © Comet Photoshopping GmbH, Dieter Enz

En 2018, 5 000 personnes vivaient déjà dans le nouveau quartier, qui a été baptisé Glattpark. Le quartier comprenait de nombreux bureaux, magasins, restaurants, entreprises de services, un grand parc avec un lac artificiel et plusieurs arrêts de transport public. Cependant, il manquait toujours une école. Un premier projet d'école primaire avait échoué dans les urnes en 2014 (cf. NZZ, 2018).

Le boulevard central, long de 700 mètres, semblait également toujours abandonné en 2018, ses extrémités ne menant nulle part. «La densité dans le quartier n'est pas suffisante pour l'animer. Et tout simplement personne de l'extérieur ne passe» , écrivait le magazine Hochparterre en 2016. Il y avait de la vie dans le quartier, mais ce n'était pas encore vivant.

Opfikon Glattpark 2014 im Bau
Caption
Dans la banlieue de Zurich, une nouvelle ville est en cours de construction sur un terrain appartenant à la commune d'Opfikon.
Photo: Annemarie Straumann
Künstlicher See mit Schwan vor dem neuen Stadtteil Glattpark
Caption
Une toile de fond encore assez morne pour le cygne sur le lac artificiel : le nouveau quartier de Glattpark en construction en 2014. Photo: Annemarie Straumann

Deux sites alors encore inexploités appartiennent à la ville de Zurich. Lorsque l'administration des biens immobiliers de Zurich a demandé à la sociologue et chercheuse urbaine Vesna Tomse si elle souhaitait soumettre un concept d'affectation transitoire pour un terrain vague situé à l'angle sud-ouest du Glattpark, à la frontière de Zurich, elle a accepté. Tomse avait déjà participé à la préparation d'une affectation transitoire à Zurich Ouest. Le concept que Tomse a alors développé - un espace ouvert pour le quartier de Glattpark - a séduit la ville. Il s'agissait maintenant d'obtenir l'adhésion de la commune d'Opfikon. Et Opfikon souhaitait également une affectation transitoire . Après une présentation, le comité administratif de la comunne a finalement accepté, et fin mai 2016, la convention de service public pour l'affectation transitoire est entrée en vigueur.

Diversité expérimentale

L'initiatrice, Vesna Tomse, a fondé l'association «Wunderkammer», a recruté des aides dans le quartier des deux côtés des frontières municipales, a utilisé ses propres fonds et a pu gagner de nombreux sponsors en nature pour les matériaux et services nécessaires. L'association a travaillé en étroite collaboration avec des universités et des institutions sociales telles que la Fondation OPA (cf. Opfiker Stadt-Anzeiger 2016).

En 2019, une oeuvre d'art globale orientée vers le quotidien pour le quartier avait été créé sur l'ancienne friche. La pièce maîtresse est le Vereinshaus, un bâtiment en conteneurs de deux étages avec un bar.

Une «forêt magique» naturelle a été créée, c'est-à-dire un parc avec un marécage, des plantes rampantes, des grenouilles et des installations artistiques. On y trouve également un four à pizza, un bar et une scène de plein air, des toilettes à compostage, de nombreux espaces libres pour les initiatives individuelles et - depuis août 2018 - un pavillon en bois d'environ 200 mètres carrés. Celui-ci a déjà été conçu en 2015 pour le festival de la ville de Baden AG («Badenfahrt» ) ; les architectes 2x2 l'ont mise à disposition pour la «Wunderkammer» . Des constructeurs en bois et des bénévoles ont érigé le pavillon à son nouvel emplacement ; il abritera un jour des studios, des ateliers et un espace d'exposition.

Opfikon Zauberwald: Musiker spielen zwischen Blöcken
La «forêt magique» de l'affectation transitoire de la «Wunderkammer» invite à la promenande et offre une ambiance idéale pour des performances artistiques. Photo: Vesna Tomse

Les nombreux événements culturels de la Wunderkammer, qui font venir des personnalités (inter)nationales de la culture expérimentale à la périphérie de Zurich, attirent également les foules. Il existe également des événements de discussion sur des sujets sociaux, notamment le développement urbain.

Une autre affectation transitoire du site, liée contractuellement à la Wunderkammer mais indépendante, est «NT Dirt»  : un circuit casse-cou pour vélos BMX, un projet nomade qui trouve son origine dans l'utilisation temporaire nt/Areal Basel. «NT Dirt»  est soutenu par l'association du même nom, qui vise à soutenir de manière proactive le développement de quartiers vivants par sa présence et ses activités.

Opfikon Glattpark: Holzpavillon wird errichtet
Caption
Dans le cadre d'une action communautaire, le pavillon en bois donné pour l'affectation transitoire «Wunderkammer» a été construit. Sur la photo, il manque encore le toit, la façade et le plancher intermédiaire. Il offre un espace pour les studios et les expositions.
Photo: Vesna Tomse

«Wunderkammer»   : un succès avec des limites
Grâce à son engagement infatigable et à son pouvoir de persuasion, Vesna Tomse a réussi à impliquer de nombreuses personnes et entreprises des quartiers des villes de Zurich et d'Opfikon dans le projet «Wunderkammer». La volonté de participer de manière contraignante est encore limitée. Néanmoins, la «Wunderkammer» envoie continuellement des impulsions pour revitaliser le quartier - ce que le projet pilote «Stadtteilwerkstatt ohne Grenzen»  (2011- 2013), précédemment soutenu par Zurich et Opfikon, n'avait réalisé que sporadiquement. La «Wunderkammer» attire également des personnes d'autres quartiers de la ville.

L'affectation transitoire de la «Wunderkammer» constitue un espace ouvert qui offre aux gens de vastes possibilités d'appropriation et de participation. Le fait que ces possibilités soient encore sous-utilisées sur le site est peut-être dû aux différents environnements de communication et de vie : L'envie d'expérimenter d'un côté, le besoin de recul de l'autre. Quoi qu'il en soit, les autorités d'Opfikon s'accordent à dire qu'elles sont satisfaites de cette affectation transitoire.

Opfikon Glattpark BMX-Parcours
Caption
Grâce aux efforts de l'association «NT Dirt», un magnifique parcours de BMX a été créé à côté de la «Wunderkammer» dans le Glattpark. Les coureurs montrent leur engagement. Le public est ébahi. Photo: Maza
Opfikon: Studenten beim Ortstermin
Caption
Visite du site avec des professeurs et des étudiants de l'Urban Think Tank de l'ETH Zurich.
Photo : Marie Grob

En mai 2019, l'accord triennal de prêt aux services publics conclu avec la ville de Zurich a expiré. Depuis lors, elle n'a été prolongée que pour six mois à la fois, ce qui limite la sécurité de planification pour les utilisateurs intérimaires. Pour la ville de Zurich, le site constitue une réserve stratégique à échanger contre des terrains appartenant à la ville.

L'idéal serait qu'un futur acquéreur du site propose de poursuivre l'affectation transitoire jusqu'au début de la construction, afin que la population du quartier puisse s'impliquer davantage et transférer aux nouvelles structures les qualités du lieu qui ont été obtenues.

Article du Tages-Anzeiger (08-2019) «Die Stadtforscherin»

Analyse du projet «Wunderkammer» par le Urban Think Tank ETH-Zürich

Commentaires et suggestions
Nous contacter