Qualité de l'urbanisation

La loi fédérale sur l’aménagement du territoire révisée, entrée en vigueur le 1er mai 2014, exige de la Confédération, des cantons et des communes qu’ils orientent le développement de l’urbanisation vers l’intérieur «en maintenant une qualité de l’habitat appropriée». Ils doivent également créer un milieu bâti compact, tout en préservant ses qualités. Dans le domaine de l’aménagement du territoire, on parle de qualité du milieu bâti.

Ce qui fait la qualité d’un milieu bâti est difficile à définir en termes généraux. L’Association suisse pour l’aménagement du territoire EspaceSuisse a identifié 10 aspects conçus comme un outil de travail pour les planificateurs. S’ils sont pris en compte, il y a de fortes chances que le milieu bâti soit de qualité.

Les dix qualités de l'urbanisation selon EspaceSuisse.

Une urbanisation de qualité, c'est....

Les 10 aspects d’une urbanisation de qualité selon EspaceSuisse:

  1. Un centre animé où l’on se rencontre (p. ex. zones de rencontre)
  2. Lorsqu’identité et histoire sont perceptibles
  3. Des espaces libres et des poumons verts (p. ex. places et parcs)
  4. Un trafic modéré pour favoriser les rencontres (p. ex. limitation de la vitesse à 30 km/h ou zones de rencontre)
  5. Des petits commerces de proximité (p. ex. magasins d’alimentation, pharmacies, offres socio-culturelles)
  6. Encourager la culture du bâti
  7. Une bonne mixité sociale (p. ex. jeunes et personnes âgées, suisses et étrangers)
  8. Vivre, travailler et se détendre dans son quartier (p. ex. espaces de travail et logements)
  9. Des espaces calmes et peu pollués
  10. Une mobilité douce facile à pratiquer
Nahversorgung in Bremgarten, Metzgerei
Commerce de proximité, à Bremgarten, boucherie. Photo: EspaceSuisse

Diversité, sentiment de sécurité et culture du bâti

Le milieu bâti est de qualité «lorsqu’il offre des possibilités de rencontre, qu’il présente une certaine diversité et qu’il revêt, en même temps, un caractère familier. La qualité du milieu bâti devrait en outre répondre à des critères objectifs d’aménagement du territoire et de durabilité, et être reconnue et appréciée par la population comme le produit d’un urbanisme et d’une architecture de haut niveau. Le degré d’intensité urbaine dépend en revanche du type de quartier ou de localité auquel on a affaire, ainsi que de la nature des activités qui s’y déroulent.»

Tirée d’un des deux rapports de synthèse du Programme national de recherche PNR 65, la description ci-dessus propose une définition de la notion de «qualité urbaine». Il ressort des différents résultats de la recherche les «objectifs de qualité généraux» suivants:

  • Qualité de vie et d’habitat élevée,
  • Identité vivante des quartiers,
  • Diversité d’activités adaptée au lieu (habitat, travail, achats, déplacements),
  • Espaces publics à haute valeur d’usage et d’une grande qualité urbanistique,
  • Prise en compte des critères de durabilité,
  • Respect des principes du développement du milieu bâti vers l’intérieur,
  • Bonne desserte du site,
  • Conception urbanistique et architecturale de qualité (culture du bâti),
  • Bien-être des usagers.

Ces objectifs généraux peuvent être appliqués dans le cadre des politiques de développement du milieu bâti vers l’intérieur, notamment des procédures d’études-test et de planification des secteurs de développement. Il est primordial que ces objectifs soient déclinés, pour chaque projet, en fonction de la situation spécifique et des besoins locaux.